Réaliser des pad-eyes légers

Mis à jour : mars 30

Réaliser des pad-eyes légers en carbone :


Lorsque le dessous du trampoline est encombré de nombreux bouts, élastiques et autres pouliages de renvoi, il est impératif de faire fonctionner toute cette usine correctement. Bien souvent, on utilise les transfilages du trampoline pour fixer les poulies et renvois mais il y a un inconvénient : Lorsque par petit temps on est assis sur le trampoline ou quand celui-ci est un peu détendu, çà frotte partout dessous et les rattrapes-mou et autres renvois fonctionnent mal. Une solution consiste à ne plus utiliser les transfilages comme points de fixation mais plutôt des pad-eyes collés sur la coque quelques centimètres plus bas. François Champion, un membre de mon club qui a construit son proto mini 6.50 sur plan Lombard, m’a donné une méthode de fabrication. Voici donc comment réaliser simplement ces points d’accroche très légers :


Pour ce faire il faut le matériel suivant :


1/Une plaque en carbone monolithe de 1.5mm d’épaisseur.

2/De l’acétone.

3/Un bon cutter/couteau ou/et une paire de ciseaux.

4/De la colle epoxy.

5/Des serre-joints.

6/Du scotch de démoulage (le ruban orange va très bien).

7/Des cales et un morceau de bois de bonne section (3 x 10 cm c’est parfait).

8/Du Dyneema (ici une longueur d’environ un mètre de diamètre 2mm).

9/Un foret de 3mm si le Dyneema fait 2mm de diamètre.

10/Un mini-outil électrique pour percer, tronçonner, poncer….

11/Du fil de fer inox pour réaliser des aiguilles à épisser (ici toujours la même bobine de 0.8mm par 50m achetée en grande surface bricolage pour la somme de 7.00€).

12/Une vieille brosse à dents à poils durs (elle n'est pas sur la photo).


On commence par découper dans la plaque de carbone de 1.5mm d’épaisseur une plaquette de carbone avec le mini-outil puis on la perce avec le foret de 3 mm. Ensuite, dans chaque trou réalisé on passe à l’aide de l’aiguille à épisser une boucle de Dyneema de diamètre 2mm. Dans le trou de 3mm, la boucle reste bloquée/serrée ce qui facilite les manipulations:




Une fois le fil passé, on règle l’œil à la longueur désirée (ici longueur courte autour d’un stylo) puis on coupe le Dyneema de l’autre côté de la plaque à environ 10/15mm. Enfin, toujours à l’aide de l’aiguille à épisser, on ouvre les brins pour pouvoir ensuite défaire proprement les torons :





Une fois les torons déliés, il faut les peigner. On utilise la brosse à dents et on brosse de manière à ce qu’il ne reste plus que les filaments.


Ce travail avec la brosse à dents est long mais il doit être fait soigneusement car de sa bonne exécution dépend la qualité mécanique du résultat final :



Pour manipuler la plaquette facilement, on peut utiliser un crayon passé dans les boucles:



Sur la photo qui suit, le travail de brossage n’est pas terminé et il faut continuer:



Voilà ! Là c’est prêt et on va pouvoir passer aux opérations suivantes :



Il faut maintenant découper une seconde plaquette de carbone aux mêmes dimensions que la première. Ensuite on prépare les éléments de serrage en posant du scotch de démoulage sur les cales et le morceau de bois.


On dégraisse les deux plaquettes à l’acétone puis, on enduit de colle epoxy celle que l’on vient de découper. Il ne faut pas encoller l’autre plaquette (on risque de faire des bouloches avec le Dyneema) mais simplement la déposer soigneusement sur la plaquette encollée puis, avec les serre-joints on maintien l'ensemble sous pression pendant plusieurs heures le temps de la prise complète de la colle :



Quelques heures plus tard on récupère les plaquettes assemblées et après les avoir ébarbées avec le mini-outil on obtient le résultat suivant (ici on a fabriqué deux plaques) :



On peut ensuite découper les pad-eyes: Ici avant la finition 34g pour huit pièces.


Et là après la finition pour les mêmes huit pièces :



Pour le collage des pad-eyes sur la coque, il existe plusieurs possibilités :


- Soit on colle à la colle époxy (attention il faut maintenir l’assemblage sous pression durant tout le temps de prise soit plusieurs heures).

- Soit on colle avec du Sikaflex et là il y a encore deux possibilités : Utiliser du Sikaflex 291i qui présente 18kg/cm2 de résistance à la traction ou utiliser du Sikaflex 292i qui présente 30kg/cm2 de résistance à la traction.


Dans l’exemple présenté ici, la surface de chaque pad-eye étant de 10 cm2 minimum, c’est du Sikaflex 291i qui a été utilisé. Après avoir posé du scotch de masquage autour de chaque emplacement, la peinture de la coque a été simplement ôtée par ponçage puis, dégraissée. Chaque pad-eye préalablement dégraissé a été encollé avec du Sikaflex puis pressé fortement à la main sur la coque pendant quelques secondes. L’effet ventouse qui se produit alors permet de laisser la prise se faire ainsi sans autre calage. Le scotch peut être ôté après 24 heures et le résultat est parfait pour installer des élastiques, des poulies de renvoi (même les points fixes des bouts de ressalage pourvu que les pad-eyes dédiés soient collés sur les poutres construites en monolithe):


Pour illustrer l'usine, voici le montage à blanc de tout ce qu'il y a sous le trampo sachant que dans le cas présent il n'y a pas de réglage de rake et différentiel des safrans (c'est prévu pour plus tard, au centre):


Bon bricolage!

269 vues5 commentaires

Posts récents

Voir tout

© Copyright Association française des Catamarans de Classe A