Fabriquer ses lattes en carbone

Mis à jour : 6 nov. 2018


Les deux intérêts principaux de fabriquer ses lattes sont :

  • Gagner du poids, et dans le haut et c’est toujours intéressant.

  • Les adapter facilement à son gabarit.

Tout d’abord quelques précisions sur le fonctionnement de la voile et les bruits de parking.

  1. Augmenter la tension de guindant avec le cunningham n’avance pas le creux de la voile. C’est tout au plus un effet visuel, en fait cela libère un peu la tension de chute et la fait donc ouvrir. Cela se remarque facilement quand vous quittez la plage et réglez votre bateau ; vous bordez, le bateau monte et vous prenez du cunni, vous bordez à nouveau et vous reprenez du cunni etc, etc, jusqu’à trouver l’équilibre qui vous convient.

  2. Changer une latte dont le creux maxi est à 50 % par une latte à 30 % n’avance pas le creux de la voile. Pour simplifier, on pourrait comparer les lattes à un levier qui bascule par rapport au creux maxi de la latte ; plus le point de bascule avance, plus le levier s’allonge vers l’arrière et plus la chute ouvrira tôt, ce qui justifie l’adaptation à votre gabarit. Le creux de la voile est là ou le voilier l’a placé à la conception, et avec un peu de chance on pourra au mieux compenser une chute pas très bien tenue.

Avant toute chose il vous faut mesurer votre jeu lattes pour avoir une base de départ. Pour les deux mesures, le principe est le même, il s’agit d’effectuer la mesure en poussant la latte pour la diminuer de 10 % c’est à dire de multiplier sa longueur par 0,9. Mesurez toute vos lattes et faites vous un tableau.

La première mesure consiste à mesurer le creux maxi et sa position. Pour cela, sur une table, bien sûr plus longue que votre plus grande latte, placez une butée, une règle graduée de 2m, ensuite poussez la latte jusqu’à sa longueur moins 10 %. Mesurez alors le creux maxi et sa position. Dans le croquis ci-dessous, nous partons d’une latte d’un mètre, sa longueur de poussée sera de 90cm. On mesure un creux de 6cm à 33cm soit à 36,7 %.

La deuxième mesure va nous permettre de déterminer sa souplesse. Le principe est identique au précédent, sur une balance vous placez verticalement la latte et appuyez dessus jusqu’à sa longueur moins 10 % . Vous notez alors ce que la balance vous affiche. Sur le croquis ci-contre notre balance affiche 2,5kg.



Attention les croquis ne sont qu’indicatifs, une latte avec un creux de 6cm sera plus raide que les 2,5kg.

En ce qui concerne la fourniture de joncs carbone de diamètre 7mm, vous trouverez cela chez E-kite

Pour les embouts ce sont des Bainbridge et vous vous fournirez chez le voilier près de chez vous.





Première méthode

Encore un peu de lecture, ci-dessous est expliquée la technique que j’utilisais pour les lattes des membranes et cross-cut « Xvoiles ». C’est un exemple qui vous servira de base, à vous de l’adapter à vos besoins. Surtout pensez à faire plus raide dès le début de façon à pouvoir poncer les lattes devant, derrière, au milieu, comme il vous semblera bon après les premiers essais. Vous pouvez aussi prévoir une ou deux lattes du haut différentes pour jouer avec la météo.

Vous avez reçu votre fagot joncs carbone de 7mm alors maintenant au boulot…

Matériel nécessaire

  • une paire de tréteaux

  • un bastaing de : ≈2,20m

  • deux serres-joint

  • un rabot électrique

  • une cale à poncer

  • abrasif 80 et 120

  • un marqueur blanc

  • masque à poussière

  • une balance 0-10kg

Préparation

Mesurez les goussets de lattes de l’avant de la butée jusqu’à la chute en rajoutant environ 10 à 20mm de marge, coupez les lattes. Vous obtenez ainsi huit lattes allant environ de 1150 à 1880mm.

Préparez vos lattes de la n°1 (≈1150mm) à la 5 (≈1480mm), les cinq premières (de 1à 5) seront rabotées pour un creux à 40 % .Pour cela divisez vos lattes en trois et faites une marque à chaque tiers. Les trois du bas seront régulières pour un creux à 50 %. A l’extérieur, à cause de la poussière, placez le bastaing sur les tréteaux, et un petit établi ou tout autre support pour poser votre rabot. Pensez à vérifier la précision de votre rabot : voir « astuces » en fin de document.

Rabotage lattes 8-7-6

Les trois lattes du bas seront rabotées de deux passes de 6/10mm de chaque coté. Commencez par la plus longue pour vous habituer, celle-ci étant la plus tolérante sur la souplesse vu sa position sur la voile Placez la latte au milieu du bastaing. Si vous êtes droitier, l’extrémité de la latte et celle du bastaing alignées à droite et bloquez avec une presse.


Réglez votre rabot à une profondeur de 6/10mm, calez le à toucher la presse et faites une première passe sur toute la longueur.


Répétez l’opération une deuxième fois de la même façon sur toute la longueur pour la deuxième passe. Pour exécuter la deuxième face, retournez la latte et avec la deuxième presse serrez-la en son milieu, puis coincez la latte au bout du bastaing de la même façon que précédemment. De cette manière vous vous assurez de raboter la deuxième face parallèle à la première.


Comme précédemment, effectuez deux passes de 6/10 sur toute la longueur. Une fois les deux faces rabotées vérifiez sur la balance la souplesse de la latte et ajustez la. Nous verrons plus loin comment contrôler la souplesse.

Rabotage lattes 5-4-3-2-1

Vous avez donc préparé ces lattes en faisant sur chacune deux marques (1/3 & 2/3)


Toutes ces lattes vont être rabotées de façon progressive avec trois passes de 5/10mm. Comme précédemment commencez par la plus grande (n°5) et coincez-la avec une presse à l’extrémité de la même façon que pour les trois premières, la presse définit donc l’arrière de la latte.



N’oubliez pas de régler votre rabot à 5/10, placez vos lames de rabot au dessus de la première marque et attaquez la première passe ainsi par le 1/3 avant. Recommencez de la même façon au niveau de la deuxième marque en allant jusqu’au bout de la latte. Pour la dernière passe, comme pour les trois lattes du bas (6-7-8) calez votre rabot contre le serre-joint et rabotez jusqu’au bout de la latte. Retournez la latte comme vous l’avez fait précédemment et faites à nouveau trois passes de 5/10 dans le même ordre que pour la première face.


Contrôle de la souplesse

Vous obtenez une latte rabotée sur deux faces avec une partie non rabotée sur environ 15cm et une marche que nous allons éliminer. Avec la cale à poncer et de l’abrasif de 80 attaquez de façon à biseauter pour arriver progressivement du diamètre 7 aux parties plates. Poncez ensuite toute la latte, cassez les angles qui pourraient être agressifs pour la voile, vérifiez à nouveau la souplesse en cherchant à se rapprocher des mesures du tableau de la page suivante. Il vaut mieux fabriquer des lattes un peu plus raides, il vous sera toujours possible de les assouplir ultérieurement, après essais, l’inverse n’étant pas possible.


Sur une règle, un mur ou équivalent nous allons faire une toise graduée de 1 à 8 le zéro étant l’épaisseur de la balance et les graduations correspondent à la longueur de chaque latte moins 10 %. Placez la latte verticalement sur la balance et appuyez dessus jusqu’à atteindre la marque lui correspondant (L-10%) à ce moment là, regardez sur la balance la poussée exercée et ajustez à la cale à poncer .


Vous trouverez ci-dessous le tableau vous donnant les poussés désirées. La longueur des lattes doit être très voisine de ce que vous avez mesuré.


Embouts

Les embouts de lattes n’existent que pour des lattes de diamètre 6 ou 8mm il faut donc réalèser les embouts à 7mm et faire un trou de 5mm pour le bout d’étarquage de la latte et ouvrir celui de la latte n°1 que l’on enlève à chaque navigation.


Astuces

  • Vous remarquez que les lattes 1 et 3 font quasiment la même longueur, donc quand vous réalisez la latte 3 elle vous servira de repère pour la 1 il est même possible qu’elle ait la raideur de la n°1, au besoin vous pourrez affiner au rabot par passe 0 ou 1/10mm pour faire la n°3.

  • Travaillez dehors, l’idéal étant d’avoir une légère brise pour que vous puissiez vous placer au vent et que les copeaux de carbone s’éloignent de vous.

  • Vous pouvez aussi équiper votre rabot, à sa sortie, d’une durite automobile coudée pour envoyer les copeaux vers le bas.

IMPORTANT : Pensez à vérifier votre rabot, la méthode est simple, il vous suffit de raboter quelques centimètres à 5/10 ou 6/10mm sur une chute de latte et de mesurer au pied à coulisse avant et après l’usinage pour vérifier si ce qui est enlevé correspond à la passe prévue. Si il y a un écart, corrigez en conséquence et revérifier.


Deuxième méthode

La méthode décrite précédemment permet de faire des lattes très pro, bien finies et solides. Une deuxième façon utilisée lorsqu’on travaille sur un proto est extrêmement simple: elle permet, avec peu de matériel, de tester les lattes lors d’essais, de naviguer, de revenir à terre modifier les lattes et repartir pour voir la différence.

Le matériel nécessaire :

  • une scie

  • un ruban d’adhésif 20mm

  • du jonc carbone de 4 mm

  • du tube carbone de 4/6 mm de diamètre intérieur- extérieur

Si l’on reprend le premier croquis d’une latte de 1m, pour la fabriquer, on va utiliser un jonc de 4mm en 1m et un tube de 66 cm.


On les glisse l’un dans l’autre, et on met l’adhésif au raccord des deux éléments, pour les tenir ensemble, et un embout à l’arrière, le tube et le jonc sont en butée dans l’embout.


La latte est prête et peut être contrôlée ou essayée aussitôt; si c’est trop raide, on enlève l’adhésif, on repousse le tube de la longueur nécessaire , on coupe la longueur de tube en excédent, on remet l’embout et on repart essayer. On recommence, et lorsque c’est satisfaisant, on colle le tube et le jonc.

Bien sur ceci est un exemple on pourra jouer avec les diamètres de tube et de jonc.

Cette méthode est très rapide et permet de faire des lattes plus légères avec peu d’outillage, mais le seul inconvénient est d'obtenir des lattes plus fragiles qu’avec la première méthode.


474 vues

© Copyright Association française des Catamarans de Classe A